Juriste de formation, j’ai rapidement orienté mes prestations vers les domaines que je connais le mieux : le droit. C’est donc tout naturellement que j’en suis venue à faire de la veille juridique pour quelques clients.

N’ayant pas fait de droit positif depuis quelques années, j’ai du me dérouiller un peu et renouer avec mes premiers amours. J’ai donc arpenté le web à la recherche des outils les plus utiles pour proposer des prestations de veilles juridiques efficaces.

Faire de la veille juridique avec des outils payants

Pour chacune de mes missions de veille, j’ai pu profiter des abonnements dont disposait mes clients. J’ai ainsi testé :

Je sais que LexisNexis propose un service similaire à celui de Dalloz.fr, mais je n’ai pas eu l’occasion de le tester. Il y a également d’autres plateformes de veille, non exclusivement juridique, qui peuvent être des alliés efficaces. Je pense par exemple à SindUp, mais je ne l’ai pas testé.

Globalement, ces outils sont performants. Avec des abonnements à plus de 100 euros H.T. par mois, ils ne sont cependant pas à la portée de tous les indépendants de l’écriture proposant des prestations de veille juridique. Toutefois, nous ne sommes pas les cibles principales de ces outils : ils sont plutôt destinés aux professionnels du droit et aux entreprises.

Je note toutefois que echoline.fr propose un abonnement hors taxe à moins de 100 euros. De plus, avec son abonnement annuel LexisActus présente un coût mensuel moindre que les autres solutions citées.

Faire de la veille juridique avec des outils gratuits

Ces outils payants sont le must. Mais, lorsque l’on commence seulement à proposer des prestations de veille juridique, on peut être tenté de ne pas trop investir dans un premier temps. C’est un choix, qui peut être discuté, mais qui est parfois fait.

Quoiqu’il en soit, je pense qu’il est utile d’utiliser différents outils gratuits. Je l’ai personnellement fait lorsque l’idée d proposer des prestations de veille juridique m’est venue. J’ai ainsi :

Il m’arrive également d’aller chercher directement des décisions sur les sites de certains institutions, comme sur celui de la CEDH, ainsi que sur les sites gouvernementaux, notamment Légifrance.

Il y a bien d’autres références que je pourrai citer, mais je pense qu’avec les éléments ci-dessus, vous avez de quoi débuter votre veille juridique.

Share This